01 45 62 61 35 *
* Coût d'un appel local
Contactez nos spécialistes
Du lun. au sam. de 09h à 20h et dim./j. fériés de 10h à 19h.
Contactez nos spécialistes
Sebastien Cary Stéphanie
Sebastien, Cary, Stéphanie
01 45 62 61 35 *
Pourquoi Directours

Des spécialistes, un conseiller

Une équipe de spécialistes, pour vous un conseiller dédié.

Des prix ultra-négociés

Des voyages haut de gamme à prix ultra-négociés.

Testés et approuvés

Sélection de voyages testés et approuvés par nos experts.

Assistance 7j/7

Voyagez l'esprit léger, Directours vous accompagne.

Directours a 20 ans

Confiez votre voyage à une maison de confiance.

Newsletter

Des offres exclusives vous attendent !

Recevez vite votre offre de bienvenue
loading
Avis Clients

Islande - Informations pratiques

Climat

L’Islande n’est pas un pays chaud, vous le saviez. Mais ce n’est pas un pays froid non plus. Vraiment froid comme la Laponie ou le Québec. Certes il gèle à pierre fendre dans l’intérieur près des glaciers mais il y a peu de chances que vous y alliez au cœur de l’hiver. Tout autour de l’ile, disons sur le parcours de la route N°1, le thermomètre descend rarement en dessous de -10, bien loin des -30, -40 des pays continentaux de même latitude. En bord de mer, le Gulf Stream adoucit la température. Le Sud est bien plus doux que la côte Nord d’ailleurs, laquelle est plus ensoleillée pourtant. Non le problème de l’Islande n’est pas vraiment le froid c’est le vent. Il est redoutable transformant le crachin en hallebardes, les flocons de neige en piques, obligeant les humains à marcher courbé, les chevaux à s’entasser crinières contre encolures. En été quand il fait 15°, voire 20, ce satané vent peut gâcher une belle journée. On sera avisé d’emmener un coupe-vent, le bien nommé et quelle que soit la saison chandail, bonnet, lunettes de soleil et même gants histoire de ne pas abdiquer devant le redoutable zéphyr. En été le climat peut changer 3 ou 4 fois dans la même journée. Succession de nuages souvent très photogéniques. En hiver un beau soleil peut succéder dans l’heure à une tempête de neige.  Ainsi le temps au réveil ne présume pas de la météo de la journée et c’est tant mieux.

Aérien

L’Islande autrefois desservie par la seule Loftleidir, escale obligatoire des premiers routards vers les Etats-Unis qui y faisaient escale, est maintenant devenue une destination à part entière.  Véritable plaque tournante pour l’Amérique (après tout elle commence ici, voir la faille de Pingvellir)  l’aéroport de Keflavik est le point d’entrée quasi obligatoire dans le pays. Plusieurs compagnies desservent l’Islande depuis la France.

A tout seigneur tout honneur : Icelandair tout d’abord. La compagnie nationale vole jusqu’à 3 fois par jour depuis Paris en été. Le vol dure 3h15. L’Islande ayant 2 heures de décalage par rapport à la France (1 heure en hiver) on arrive 1h15 après être parti…Au retour par contre les 2 heures s’appliquent dans l’autre sens soit 5 heures après le décollage.

Icelandair propose 3 types de confort dans ces 757, excellent appareil ni trop grand ni trop petit. Eco, Eco confort et Saga la business class. Si l’Eco est traditionnelle, l’Eco confort consiste en 3 sièges pour 2. Situés à l’avant de l’appareil ils ont aussi un espace (pitch) plus grand de quelques centimètres. Il arrive aussi souvent que les passagers Eco Confort aient les sièges de la classe Affaires (pour peu qu’elle ne soit pas pleine).  La Business class (Saga class) est celle qu’on attend pour un vol de 3 heures : grand fauteuil large 2X2. Service plus huppé sur la Saga (repas chaud, alcools)  et salon superbe à Keflavik.  A noter que la différence de prix entre Eco et Eco confort n’est pas énorme. En Eco pas de repas mais on peut le commander sur Internet avant le vol. (payant). En Eco confort repas offert. Boissons non alcoolisées gratuites dans les 2 classes.  Alcools payants.

Avec 2 à 3 rotations par jour Icelandair est la compagnie qui offre les meilleures possibilités d’horaires. Prix compétitifs. A noter aussi que si vous utilisez Icelandair pour aller aux Etats-Unis (une dizaine de destinations américaines à leur actif), le stop over est gratuit.

Wow Air : une compagnie low cost islandaise de bonne qualité. Principes habituels pour les low costs : plus on achète en avance meilleur est le prix. On peut choisir son siège moyennant supplément. Pas de repas,  boissons et sandwichs payants.  Wow Air vole de Paris CDG et de Lyon St Exupery vers Keflavik. Un vol par jour pour chaque ville en été. De Lyon horaires tardifs à l’aller (arrivée vers minuit)  et vol retour en milieu d’après-midi. De Paris départ en milieu de journée et retour en tout début de matinée (6h30 du matin).

Transavia : la filiale low cost d’Air France a trouvé un bon moyen de ne pas laisser dormir ses avions à Orly. Les vols pour Keflavik décollent juste avant la fermeture d’Orly à 23h. Ils reviennent juste après l’ouverture de l’aéroport : 6h du matin. Avec de tels horaires les prix doivent être en conséquence, ce qui n’est pas toujours le cas. Avantage de Transavia, outre Orly Sud, on peut utiliser des miles Flying Blue.
Vols domestiques : il existe un autre aéroport à Reykjavik, en centre-ville. Il dessert les aéroports de province et le Groënland. La compagnie principale est Air Iceland et sa concurrente Eagle Air. A noter aussi qu’on peut prendre une voiture de location dans un aéroport et la rendre dans l’autre y compris dans le pays. Par exemple prise à Keflavik, retour à Akuyeri.

Formalités IMPORTANT

Citoyens français ou d’un pays de la zone Schengen : Passeport valable 3 mois après la date du retour. Les ressortissants étrangers doivent se conformer à la réglementation en vigueur pour leur nationalité.

Coût de la vie

Depuis la crise financière et la dévaluation l’Islande n’est plus le pays hors de prix qu’il fût. Certes rien n’est donné mais la qualité est au rendez-vous. Comptez dans les restaurants des prix parisiens (40€) pour un diner avec 3 plats. On mange délicieusement bien à Reykjavik. Pas toujours le cas ailleurs dans le pays…Pour le déjeuner sandwichs et hot dogs locaux sont à prix raisonnables. Les restaurants ont tous un menu du déjeuner à prix réduit. Le petit déjeuner (inclus) est toujours très copieux.

Location de voiture

Nous travaillons avec les meilleurs loueurs. Votre package comprend une voiture de location de la catégorie choisie. Le kilométrage illimité et l’assurance CDW (rachat de franchise) sont inclus. Néanmoins l’imagination des loueurs n’ayant pas de limites ils vont vous proposer une kyrielle d’options qui peuvent faire très mal en fin de compte. Il faut savoir que, compte tenu de la spécificité des routes islandaises vous ne serez jamais couvert  en cas de problème sur piste et au passage de gué ainsi que des dommages aux pneus et au soubassement de la voiture.

Voici un florilège des assurances optionnelles :

La SCDW (super collision dommage waiver) : la CDW qui normalement couvre les dommages a une limite. Il vous reste une franchise souvent importante (500 à 1500€) à payer en cas de problème. D’où la SCDW facturée 13€/jour et qui réduit la franchise à 226€. Pour les 4X4 comptez 18€ et franchise à 511€.

L’assurance SAAP : sand and ash protection. En cas de dommage à la voiture par des projections de sable ou des pluies de cendres, peinture alors à refaire, vous n’êtes pas couvert par l’assurance ordinaire. Le loueur vous proposera cette assurance (unique au monde à notre connaissance) au coût de 13€/jour. Elle vous laissera quand même une franchise (à payer par vous le cas échéant)  de…1605€ ! En 4X4 le coût est de 18€/jour et la franchise de…2705€ ! Franchement mieux vaut faire attention sur les pistes et mettre la voiture dans un parking couvert en cas d’éruption volcanique.  
 
Ajoutez la WSP (windhsield protection) qui vous couvre en cas de dégât au pare-brise et aux phares : 6€/jour pour les voitures, 10€ pour les 4X4. Bonne nouvelle : pas de franchise, tout est remboursé si vous prenez l’option.

La TP (Theft protection), assurance vol  fait sourire : la criminalité est inexistante localement. Qui va voler une voiture dans une ile où tout le monde connait tout le monde ? Néanmoins au cas où : 4€/jour et franchise de 1605 pour les voitures et 2705 pour les 4X4.

Enfin (on arrête après promis) la location à l’aéroport de Keflavik est sujette à une taxe aéroportuaire obligatoire de 32€.

Une idée : consultez votre banquier et faites-vous préciser les conditions d’assurance de votre carte Visa, Gold de préférence, ou American Express. C’est bien d’être assuré mais inutile de l’être deux fois.

Les véhicules 4X4 ne peuvent être loués qu’à des adultes de plus de 23 ans, 20 ans pour les autres véhicules. Conduire en Islande sous-entend d’être humble : ce pays n’est pas le vôtre. Les routes principales sont bonnes. Seule différence,  elles n’ont pas de bas-côté, afin d’évacuer la neige. Si vous déviez c’est le tonneau assuré. Les pistes marquées « F » (F225 ou F208 par ex) sont réservées aux 4X4. Ne vous y aventurez pas si vous avez un véhicule de tourisme : vous ne seriez pas assuré. Un conseil : lisez bien votre contrat de location au départ. Vous ne franchissez pas de gué tous les matins en allant au travail. En Islande vous en trouverez sur votre route.  Soyez prudent et humble avant de le traverser. La nature est plus puissante que vous ! Le vent entre autres : n’ouvrez jamais votre portière avec le vent dans le dos, et si vous l’ouvrez avec le vent de face assurez-la avec la jambe. Vous la lâcheriez qu’elle vous reviendrait  immédiatement avec une force incroyable. Sachez aussi que les pistes sans numéro ne sont pas ouvertes à la circulation autre que les riverains. Côté alcool c’est simple : tolérance zéro. La police est efficace. Cachée dans ces immensités sans arbres, elle vous repère dès le moindre excès de vitesse. (maxi 90km/h). Les radars sont monnaie courante. Le loueur débitera l’amende sur votre carte. Moutons et agneaux traversant sans crier gare ont la priorité absolue et vous serez  responsable des dégâts. En hiver toutes les voitures sont livrées avec des pneus cloutés, un 4X4 étant le choix le plus prudent.

Pour finir une bonne nouvelle : sorti de Reykjavik il n’y a jamais d’embouteillages. Le temps de parcours est toujours le bon.

L’hôtellerie islandaise

Vous irez en Islande parce que le pays est exceptionnel. Sauf erreur vous n’y allez pas pour la qualité hôtelière. A part quelques rares exceptions le niveau hôtelier est faible. C’est d’ailleurs étonnant qu’un pays aussi développé ait une hôtellerie aussi vieillotte. La récente crise financière n’ayant rien arrangé. On voit apparaitre de ci de là quelques hôtels de chaine aux standards internationaux. Un mouvement d’ampleur est initié par le gouvernement pour mettre les hôtels au niveau. Cela s’appelle Vakinn et ça devrait donner des résultats dans les 5 ans. En attendant il faut faire avec ce qui existe…. Dans le Sud en particulier c’est dramatique et cher…

Voici les différentes possibilités. Nous avons pour notre part choisi l’hôtellerie plutôt que le logement chez l’habitant et nous avons refusé la 1er catégorie dite « budget ». Déjà que les autres sont loin d’être géniales…

Le logement chez l’habitant : a priori une démarche sympathique. On se voit déjà dans les « zimmer frei » de coquets chalets tyroliens. En fait il s’agit la plupart du temps en Islande de la chambre de l’ainé des enfants parti à la ville ou en Norvège faire ses études. Quand ce n’est pas celle de feue l’aïeule. Imaginez le décor. L’accueil est correct, sans plus. Ce système de logement chez l’habitant est devenu une rente pour les ruraux, un job comme un autre. L’Islandais n’étant pas de nature joviale le contact est souvent froid. Certes cet énoncé n’est pas un axiome, il y a des exceptions, heureusement.  

Il s’agit pour vous d’être à l’heure. Arrivez avant 18h et si vous voulez diner prévenez bien à l’avance. Sans cela il est possible que vos hôtes d’un soir sortent et que personne ne vous accueille. La clé sera sur la porte, ouf ! Salle de bains généralement à partager avec les autres habitants, parfois privée.

Le logement en hôtels proprement dits. Ces indications sont valables pour la saison d’été. Pour l’hiver le choix est, encore heureux, plus facile et déjà plus « huppé ».

- catégorie « budget » : il s’agit souvent des hôtels de la catégorie « Standard » dans des chambres avec salles de  bains communes. Une salle d’eau pour 2 à 4 chambres. Directours n’a pas choisi cette catégorie.

-catégorie Standard : notre prix de base. Ce n’est pas la panacée mais toutes les chambres ont salle d’eau et toilettes privées. Il s’agit parfois de petits hôtels de famille, d’autre fois de résidences universitaires, voire de collèges que les étudiants ont déserté pour les vacances estivales ou encore de fermes ayant aménagé des chambres. Des chambres simples, deux lits (ou plus si besoin), pas vraiment glamour, mais propres.

-catégorie Confort : on peut commencer à avoir de bonnes surprises, pas toujours certes. Des hôtels de catégorie 3* locales (comptez au pire 2 chez nous) avec parfois de belles chambres dans des maisons anciennes, parfois des établissements de chaine modernes ou des fermes. Toutes chambres avec sanitaires privés.

-catégorie Supérieure : a priori ce qui se fait de mieux dans le coin ou la meilleure catégorie d’un hôtel Confort (ex. chambres deluxe ou junior suite). . Equivalent 3* chez nous avec quelques belles surprises.  

A mettre à l’actif des hôteliers islandais : le wifi est quasi partout et sauf exception gratuit.

Nos programmes Islande

Posons d’abord la problématique: saison estivale courte,  peu d’hôtels, beaucoup de vols vers le pays, demande en forte progression chaque année.  Résultat : les prix sont élevés. Ajoutons que l’hôtellerie est au mieux correcte. On prend ce qui est disponible bien content d’avoir trouvé de la place.

Devant cette problématique Directours a trouvé un moyen efficace de vous assurer le voyage en Islande. Nous vous confirmons séance tenante votre voyage jusqu’à 6 semaines avant le départ. Pas de noms d’hôtels mais des catégories. Et un itinéraire au choix parmi 5 possibles.  Votre logement se fera dans la région prévue et dans un hôtel de la catégorie prévue. Les hôtels seront connus environ un mois avant l’arrivée.  Simple comme bonjour… en islandais : « hello ». Simple, non ?

Comme toujours une exception confirme la règle : compte tenu du peu d’établissements dans la catégorie le plus élevée (Supérieure) il est possible en haute saison que nous ne puissions pas confirmer séance tenante la totalité du programme en Supérieur. Et qu’il faille faire un panachage avec le standing juste en dessous : Confort.  Auquel cas il faudra attendre un peu…